<< Voir toutes les actualités

Actualités



Un chevreuil sauvé en plein centre-ville de Saint-Prix  








Un chevreuil égaré, un chevreuil prisonnier, mais un chevreuil libéré grâce à la commune de Saint-Prix et à différents partenaires institutionnels, ce jeudi 11 mai.

Depuis le 10 avril dernier, un chevreuil était bloqué sur l’un des terrains de rétention d’eau du SIARE, en plein centre-ville. La Municipalité a alors décidé de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour capturer l’animal et le remettre en liberté.

Il aura fallu près de trois semaines d’échanges et de coopérations entre les services de l’Etat, le SIARE les vétérinaires, l’Office National de la Chasse Française (ONCF), les pompiers, etc. pour parvenir à réunir les autorisations réglementaires et le matériel nécessaires, ainsi que le personnel qualifié, pour sauver le chevreuil.

Jeudi 11 mai, après plus d’une heure d’efforts, des louvetiers bénévoles menés par le lieutenant Jacques Delamotte et le personnel municipal sont parvenus à capturer l’animal avec leurs filets. Il a aussitôt été transféré dans la forêt de Montmorency où il a pu retrouver le goût de la liberté.

La Municipalité est très fière d’avoir contribué à sauver ce chevreuil. La bonne volonté de tous les partenaires institutionnels a été essentielle à l’heureuse conclusion de cette opération.

Le délai nécessaire pour le sauver démontre, cependant, la complexité des règles et des normes. Sensées protéger l’animal, elles sont de nature à décourager les meilleures volontés. Seule la patience et la détermination des partenaires auront permis de mettre en mouvement une grande chaîne de solidarité pour sauver ce chevreuil.

De cette belle histoire, la Municipalité de Saint-Prix sort renforcée dans l’idée que la défense de la cause animale et de la biodiversité sont vitales en Ile-de-France. Après ses diverses actions en faveur de l’animal en ville ou dans la nature, qui lui ont valu d’être reconnue capitale de la biodiversité par NatureParif (cheval pour la collecte des déchets, poulaillers familiaux, pâturages des moutons, centre de relâché des hérissons…), les élus défendront plus que jamais le projet de Maison de l’Animal auprès des différents partenaires institutionnels.